Les Ateliers Déclic(s) : le numérique pour tous et par tous

Conçu par le Service d’Écriture Publique présent dans le Gard depuis plus de 10 ans, les Ateliers Déclic(s) ont débuté en juillet à Bagnols-sur-Cèze et Pont-Saint-Esprit avec un même l’objectif :  favoriser l’autonomie numérique et la transmission des savoirs entre habitants.  Explications…

Les Ateliers Déclic(s) sont nés d’un constat simple.
D’un côté (de l’écran…), la dématérialisation progressive mais inexorable des démarches administratives. De l’autre (face à l’écran…), des femmes et des hommes qui, faute de matériel ou d’usage de l’informatique, sont dans l’incapacité d’effectuer lesdites démarches.

Pour l’écrivain public à vocation sociale du SEP, cette réalité s’est traduite en 2016 avec 18 nouveaux sujets de demandes, toutes dématérialisées, d’assistance administrative.Le traitement de ces demandes fut l’occasion également de vérifier deux choses :
– le caractère chronophage de ces nouvelles démarches numériques, notamment quand on les effectue pour la première fois…
– la conscience chez beaucoup, malgré tout, de l’impossibilité de faire autrement dans un avenir proche, traduite par ce même commentaire : « Mais moi j’ai pas d’internet ! Comment je vais faire ?! »

C’est ce qui a conduit le SEP à réaliser un sondage sur « l’équipement informatique et l’utilisation d’internet » auprès des personnes venues dans ses permanences.  Réalisé sur près d’un an, cet état des lieux est riche d’enseignements :
– 53 % de personnes déclarent posséder un ordinateur, mais une majorité précise que seuls leurs enfants en ont l’usage ou savent s’en servir.
– 56 % ont une connexion internet à la maison, mais celle-ci sert d’abord à la réception de la télé et à l’utilisation d’internet, à la condition aussi qu’il y ait des enfants au foyer…
– 50 % déclarent avoir une adresse de messagerie, mais beaucoup reconnaissent aussi être en difficulté pour relever leurs messages, soit pour des questions d’usage ou de matériel.

Enfin, si 55% des personnes interrogées déclaraient ne pas vouloir « être aidé pour utiliser internet », leur réponse négative était prolongée de différents commentaires comme « non, je n’ai pas de matériel » ou « non, je suis trop âgé », ou « non, je ne parle pas bien le français ».
Un « non » qui pourrait peut-être dire « Oui » si un accompagnement adapté et bienveillant leur était proposé ?  Cette hypothèse fut aussi à l’origine des Ateliers Déclic(s).

Deux grands objectifs pour les Ateliers Déclic(s)
Ouverts à tout personne qui manifeste une demande, une envie ou besoin, les Ateliers Déclic(s) répondent à deux grands objectifs :
– Initier à l’informatique et l’usage d’internet les personnes qui n’ont aucune connaissance ni matériel : c’est ouvrir l’accès au numérique.
– Aider à la réalisation des démarches administratives dématérialisées les personnes qui ont (un peu…) d’internet, mais aucun matériel : c’est contribuer à l’autonomie numérique et l’accès aux droits.

Trois couleurs et une particularité
Après une rapide évaluation, les personnes sont réparties dans l’un des trois groupes :
– le groupe des Rouges : les Débutants n’ont aucune connaissance ni matériel informatique.
– le groupe des Bleus : les Apprenants possèdent parfois du matériel, mais sont peu à l’aise avec internet et les démarches dématérialisées.
– Le groupe des Verts : les Aidants possèdent du matériel et savent réaliser des démarches administratives dématérialisées.

Mais la particularité des Ateliers Déclic(s) est de faire de ces Aidants, des habitants du quartier (jeunes, actifs ou retraités) mais aussi les bénévoles du Conseil citoyen, ceux qui vont apprendre à ceux qui ne savent pas, les Débutants et les Apprenants.

Des partenaires et une seule méthode
Les aidants sont préalablement formés à IsiPCã, une plateforme d’accès simplifié à internet, créée par l’association Garder le Contact. Conçue initialement pour des malades Alzheimer, la très grande simplicité d’IsiPCã facilite d’autant son apprentissage par des personnes qui, à leur tour, vont devoir apprendre à d’autres les rudiments de l’informatique.

Les Verts sont également guidés et formés par les assistantes sociales du Département et l’écrivain public à vocation sociale du SEP. Ces derniers apportent leurs connaissances et savoir-faire sur les questions d’accès aux droits, les démarches administratives dématérialisées. Mais aussi apprendre à apprendre à ceux qui ne savent pas…

Les Rouges, les Débutants, sont d’abord initiés aux rudiments de l‘ordinateur et, sous forme de jeux, au maniement de la souris et la découverte du clavier. La découverte d’IsiPc leur facilitera l’accès aux sites des services publics. Une seconde étape est consacrée à l’apprentissage de la messagerie.

Les Bleus, les Apprenants, sont initiés à l’ouverture de leurs comptes personnels des sites de service public. Il peut aussi s’agir d’une demande spécifique de leur part, mais toujours en lien avec l’accès aux droits. Une seconde étape est consacrée là aussi à la maitrise totale de la messagerie.

Sur un plan pratique
Financé au titre du Contrat de Ville par l’État, le Conseil départemental du Gard et les villes de Bagnols-sur-Cèze et de Pont-Saint-Esprit, les Ateliers Déclic(s) se déroulent une fois par semaine et sont constitués de trois sessions d’une heure. Chacun peut s’inscrire, avec la seule contrainte de devoir habiter dans le périmètre du Contrat de ville. Les entrées et sorties sont permanentes.

Une rentrée sous de bons auspices                                                                  
Avant un arrêt en août, les Ateliers Déclic(s) ont effectué un galop d’essai durant le mois de juillet et les premiers enseignements s’avèrent aussi riches que prometteurs.

Non seulement par la curiosité et l’intérêt manifestés par les personnes éloignées de l’informatique, que la participation et l’engagement de celles et ceux qui, autonomes, sont d’abord venus pour « voir » puis sont restés pour apprendre à aider.
Et ça marche. Pour preuve, accueillis par dizaine à Bagnols-sur-Cèze et Pont-Saint-Esprit en juillet, les naufragés du numérique n’ont demandé qu’une chose à l’issue de chaque séance :  revenir la semaine suivante. Alors…

Avec des sessions d’ores et déjà complètes, la rentrée de septembre se présente sous de bons auspices. Dans le même temps, les Ateliers Déclic(s) seront développés en différents modules de formation pour répondre aux besoins spécifiques notamment des communes ou des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *